logo

Select Sidearea

Populate the sidearea with useful widgets. It’s simple to add images, categories, latest post, social media icon links, tag clouds, and more.
hello@youremail.com
+1234567890

514-891-ROAD

514-891-ROAD(7623)

10 choses à savoir mardi

10 choses à savoir mardi

Bon mardi 18 juillet! Voici 10 informations qui méritent votre attention ce matin.

1- Cette invention montréalaise vous empêchera pour de bon de texter en conduisant. On peut comprendre la motivation derrière la création de RoadBudee par son fondateur, Patrick Dubois. En 2008, sa copine, enceinte de près de neuf mois, a été happée par un conducteur qui textait au volant. Heureusement, personne n’a été gravement blessé, mais le conducteur s’excusait en prétextant qu’il était pressé, en retard pour une rencontre… Alors, que fait RoadBudee pour régler le problème? Il commande l’allumage du moteur. Pour démarrer, il faut que le téléphone soit connecté. À partir de ce moment, un message indiquant que le propriétaire n’est pas disponible pour répondre aux textos et aux courriels est envoyé sur réception d’un message. Si l’utilisateur décroche le téléphone, le moteur de la voiture s’éteint. Les appels et la navigation GPS demeurent accessibles. «Ce n’est pas une punition. Il faut réaliser que conduire et texter en même temps, c’est dangereux», explique M. Dubois à CTV News. Avec raison : un accident sur quatre au pays est provoqué par un conducteur ayant son téléphone à la main, selon les plus récentes études.


2- Ce robot de Google produira puis relâchera 20 millions de moustiques stérilisés dans la nature. À travers la filiale Verily d’Alphabet, sa maison-mère, le géant de la recherche participera à une étude d’impact dans les environs de Fresno, en Californie, visant à ralentir la reproduction de cet insecte. Les moustiques mâles ainsi relâchés sont inoculés avec une bactérie inoffensive pour la santé humaine, mais une fois qu’elle infecte la femelle maringouin, elle détruit ses œufs. Un laboratoire robotisé aura donc le mandat de relâcher un million de ces moustiques chaque semaine, durant 20 semaines, explique le site Next Big Future, et si tout se passe comme prévu, l’expérience sera reproduite ailleurs dans le monde, en Australie, notamment.


3- Combien vaut une vie de couple gâchée par un adultère? Entre 2$ et 3500$. C’est le calcul qu’il est permis de faire maintenant que le site de rencontre extraconjugal Ashley Madison a finalement annoncé la somme compensatoire qu’il compte remettre à ses (ex?) clients dont l’identité a été divulguée suite au vol de sa liste d’abonnés, en 2015. Ruby Corp, la maison-mère d’Ashley Madison, compte ainsi rembourser quelque 11,8 millions de dollars US aux victimes de cette faille informatique, chacune de ces victimes pouvant recevoir «jusqu’à 3500$», indique un communiqué. «Nous n’avons rien fait de mal, mais nous nous sommes entendus de la sorte afin de mettre fin à toute incertitude et à tout éventuel procès», explique Ruby Corp. Au total, les données de 37 millions de comptes ont été divulguées, mais seuls 6 millions d’utilisateurs seraient éligibles à une compensation… ce qui, si on divise 11,8 M$US, équivaut à environ 2$ par victime. «Vous avez peut-être perdu l’amour de votre vie, mais vous pourrez vous consoler en vous offrant un cheeseburger chez McDonald’s», ironise The Next Web. L’autre option était de ne pas s’inscrire à un tel site…

4- Ce centre commercial propose des «capsules de rangement pour époux.» En Chine, apparemment, les femmes raffolent du magasinage, mais leurs conjoints, beaucoup moins. À partir d’un tel raisonnement, un centre commercial de Shanghai a eu la lumineuse idée de créer des capsules vitrées offrant le «remisage pour époux». Et tout le monde aime ça, même ces messieurs ainsi rangés le temps que madame mette la main sur la robe ou les rideaux de ses rêves! «C’est vraiment bien! J’ai eu le temps de jouer une partie de Tekken 3, je me croyais de retour à l’adolescence», s’exclame un mari, fraîchement sorti d’une telle capsule, à la BBC. Car évidemment, les capsules sont équipées d’un fauteuil et de jeux vidéo datant des années 90. En revanche, pas de climatisation, ni même d’aération, ce qui rend l’expérience rapidement inconfortable, dit-on. Et c’est gratuit. Pour le moment! Les dirigeants du centre commercial songent à introduire une application mobile pour réserver une place, et pour en payer l’utilisation à la minute.


pod

5- Pour contrer la menace de Facebook et Google, ces journaux indépendants s’attaquent à la Ville de Montréal. Les médias de partout sur la planète commencent à se mobiliser contre les deux géants californiens, qui grugent une importante part des recettes publicitaires mondiales. En Europe, des groupes médiatiques majeurs ont décidé de s’allier et de créer une plateforme publicitaire concurrente à celle des deux portails américains. À Montréal, l’éditeur d’un regroupement de journaux de quartier a plutôt décidé de s’attaquer au problème d’une autre façon : en ciblant l’administration Coderre. «Ça fait des mois que nous tentons de convaincre les sous-traitants de Montréal qui administrent les budgets publicitaires du 375e, de nous allouer une portion minuscule de ce colossal budget», écrit Stéphane Desjardins, éditeur du réseau Pamplemousse. En vain, car si on voit plusieurs capsules promotionnelles sur les médias sociaux et dans les grands quotidiens nationaux «jusqu’à Vancouver», à Montréal, on en trouve très peu. «Je m’interroge sur le bien-fondé de cette décision de privilégier Facebook sur des journaux d’ici», ajoute M. Desjardins. Ce n’est pas première fois que les municipalités sont pointées du doigt pour une telle pratique. Ces derniers mois, plusieurs hebdos de la province ont déploré que les appels publics de plusieurs villes et villages du Québec soient désormais publiés sur une page Facebook, plutôt que dans leurs pages.

6- Nous sommes en plein coeur de la saison des résultats du deuxième trimestre et même si nous avons droit à de belles surprises, comme la performance meilleure que prévu et les prévisions relevées du géant des produits de consommation Johnson & Johnson(JNJ, 133,50$US), les Bourses sont sans direction franche mardi matin. Dans notre revue de marché complète, on vous parle aussi de Groupe Jean Coutu, du Canadien National et de la recrue de la Bourse torontoise Real Matters.

7- Airbnb se répand comme un virus. C’est l’impression que laisse cette infographie animée réalisée par le concepteur néerlandais Kor Dwarshuis, à partir des données du site Inside Airbnb, qui répertorie l’utilisation du service de location à court terme dans les différentes régions du globe. L’animation en question reproduit, en accéléré, l’adoption d’Airbnb par les propriétaires de logements dans la ville d’Amsterdam, où l’application a été officiellement permise en 2012. À l’époque, la mairie a accueilli le service californien avec les bras grands ouverts, mais son utilisation en apparence invasive a récemment commencé à inquiéter l’administration, qui souhaite en réduire la présence sur son territoire. Malgré cela, on y compte un peu plus de 25000 propriétés en location, accueillant 1,7 million de visiteurs, une statistique en hausse de 34% cette année seulement. L’infographie peut être consultée en cliquant ici.


Amsterdam

8- Google Maps veut jouer dans vos cheveux. «Cette coiffure rafraîchissante et cette manucure vert palmier ne sont plus qu’à quelques clics de vous», résume Google sur son blogue. La nouvelle? L’édition américine de son application de navigation permet désormais de prendre rendez-vous dans le salon de coiffure ou d’esthétique de votre choix directement dans les résultats de recherche. C’est le prolongement d’une fonction appelée «Réservez avec Google» lancée l’an dernier chez nos voisins du sud, permettant de prendre rendez-vous auprès de studios de mise en forme, notamment, explique TechCrunch. Cette nouvelle fonction est assez simple pour l’utilisateur, et permet à Google d’en savoir un peu plus sur les habitudes de consommation et le comportement général de ses utilisateurs.

9- «On nous a promis des voitures volantes. On a plutôt eu des robots suicidaires.» C’est un des billets les plus rigolos commentant la photo, publiée sur les médias sociaux hier, de ce robot de sécurité d’un complexe immobilier de Washington DC qui a plongé par mégarde dans un bassin d’eau pas très profond. L’appareil est la création d’une société appelée Kinghtscope, qui décrit son robot de sécurité comme un appareil capable de remplacer un gardien dans sa patrouille, et qui alertera les autorités automatiquement s’il détecte une activité suspecte autour de lui. Knightscope précise que «ceci est un événement isolé», et n’explique pas comment son robot a pu tomber dans l’eau. Plusieurs soupçonnent qu’il n’était pas très heureux de son style de vie…

10- Grâce à cette prothèse, vous aurez les mains pleines de pouces… pour vrai. Une étudiante de Royal College of Arts de Londres a cru bon créer un «troisième pouce» articulé et contrôlable afin d’améliorer la préhension de la main humaine. Pourquoi? Pour rendre hommage au terme «prothèse», que la conceptrice associe à la notion «d’ajout, d’addition». L’appareil, créé à l’aide d’une imprimante 3D, est animé par des câbles le reliant à un bracelet où se trouvent ses composants électroniques. Ceux-ci sont commandés du pied, via une semelle à connexion Bluetooth sur laquelle on appuie pour contracter ce troisième pouce. Alors, une main à six doigts, ça vous dit?


budadmin
No Comments

Post a Comment

Comment
Name
Email
Website